EUPHRASIE


STE MARIE EUPHRASIE PELLETIER (1796 - 1868)

Fondatrice des sœurs de Notre-Dame de Charité du BON PASTEUR (fête le 24 avril)

« Ma vie c’est la gloire de Dieu et le salut des âmes »

Rose Virginie Pelletier naît le 31 juillet 1796 à Noirmoutier. Son père était médecin. Ses parents, originaires de Soullans (Vendée), avaient été arrêtés en 1794, jugés, acquittés mais tenus à demeurer dans l’île de Noirmoutier.
Noirmoutier, c’est l’air du large - elle y fut une petite fille espiègle - c’est aussi l’ouverture d’esprit et l’attention aux autres des parents Pelletier.

C’est également la foi et l’initiation à la prière pour l’Église. Rose Virginie fut de celles qui vinrent nettoyer la crypte St Philbert après le catéchisme. En 1810, Madame Pelletier a perdu son mari. Sur ses neuf enfants, trois sont morts, un est prisonnier en Angleterre, deux sont mobilisés dans la marine. Il lui reste sa fille aînée et les deux petits. Elle décide de quitter Noirmoutier et de retourner à Soullans. Rose-Virginie a 14 ans.

TOURS - La pension Chobelet

Pensionnaire à Tours, loin des siens, elle fait l’expérience de la souffrance et de la solitude (la liberté des grandes ballades de Noirmoutier n’est plus qu’un souvenir)... mais elle fait aussi l’expérience de la Tendresse de Dieu. Proche de la pension Chobelet,,existe un grand couvent, le Refuge de ND de Charité. Aux grandes fêtes, les élèves vont y servir le dessert...

TOURS - ND de la Charité

Dès lors, son choix est fait : à 18 ans elle entre dans la communauté de N.D. de Charité qui accueillait des femmes blessées par la vie et rejetées par la société. Novice, elle se plonge dans la Bible, les écrits de Jean Eudes, fondateur de l’Ordre. Elle est émerveillée ! Avant sa prise d’habit en 1814, elle choisit son nom de religion : elle s’appellera Soeur Marie-Euphrasie.
Le 9 septembre 1917, Marie-Euphrasie prononce ses premiers voeux.

L’Ordre de Notre Dame de Charité a été fondé en 1641 à Caen, par saint Jean Eudes, pour venir en aide aux jeunes filles et femmes en difficulté, désireuses de se convertir et de changer de vie. À cette époque, chaque monastère était autonome. A 29 ans, Marie-Euphrasie est nommée supérieure du monastère de Tours.

ANGERS – Un monastère et une Communauté contemplative

En 1829, elle répond favorablement à une demande de fondation d’un monastère dans la ville d’Angers. En 1831, lorsque s’achève sa mission de supérieure à Tours elle prend ses fonctions de supérieure à Angers.

C’est alors qu’elle fonde une communauté contemplative à l’intérieur du même monastère. Ces sœurs, connues aujourd’hui comme Sœurs contemplatives du Bon Pasteur, ont pour mission de prier pour celles et ceux qui sont confiés aux Sœurs apostoliques ainsi que pour le salut des personnes à travers le monde.

ANGERS – Un Généralat et une Congrégation

Des demandes de fondation d’autres monastères de Notre Dame de Charité continuent à affluer à Angers. Les ressources d’un seul monastère ne permettent pas de faire face à toutes ces demandes. Sœur Marie-Euphrasie a alors l’idée de solliciter auprès de Rome la création d’un Généralat qui réunirait l’ensemble des monastères et permettrait, avec la disponibilité des sœurs, la mise en commun des ressources. Rome accepte sa requête en janvier 1835.

Avec la création du Généralat, naît la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur. Toutes les communautés fondées par le monastère d’Angers font partie de ce Généralat ainsi que tout autre monastère de l’Ordre de Notre Dame de la Charité souhaitant y adhérer.

Du vivant de sœur Marie-Euphrasie, la congrégation connaît un développement exceptionnel. Sans téléphone, sans fax, sans courriel ou moyen de transport aérien, sœur Marie-Euphrasie réussit à fonder 110 maisons sur les 5 continents.

Sœur Marie-Euphrasie meurt à Angers le 24 avril 1868. Elle est béatifiée en 1933 et canonisée en 1940.
Elle est fêtée le 24 avril.

Aujourd’hui, les Sœurs du Bon Pasteur sont présentes dans 72 pays.

Sources : Diocèse d’Angers site Internet ; site de la Paroisse de Noirmoutier
Noirmoutier, c’est l’air du large - elle y fut une petite fille espiègle - c’est aussi l’ouverture d’esprit et l’attention aux autres des parents Pelletier.

C’est également la foi et l’initiation à la prière pour l’Église. Rose Virginie fut de celles qui vinrent nettoyer la crypte St Philbert après le catéchisme. En 1810, Madame Pelletier a perdu son mari. Sur ses neuf enfants, trois sont morts, un est prisonnier en Angleterre, deux sont mobilisés dans la marine. Il lui reste sa fille aînée et les deux petits. Elle décide de quitter Noirmoutier et de retourner à Soullans. Rose-Virginie a 14 ans.

TOURS - La pension Chobelet

Pensionnaire à Tours, loin des siens, elle fait l’expérience de la souffrance et de la solitude (la liberté des grandes ballades de Noirmoutier n’est plus qu’un souvenir)... mais elle fait aussi l’expérience de la Tendresse de Dieu. Proche de la pension Chobelet,,existe un grand couvent, le Refuge de ND de Charité. Aux grandes fêtes, les élèves vont y servir le dessert...

TOURS - ND de la Charité

Dès lors, son choix est fait : à 18 ans elle entre dans la communauté de N.D. de Charité qui accueillait des femmes blessées par la vie et rejetées par la société. Novice, elle se plonge dans la Bible, les écrits de Jean Eudes, fondateur de l’Ordre. Elle est émerveillée ! Avant sa prise d’habit en 1814, elle choisit son nom de religion : elle s’appellera Soeur Marie-Euphrasie.
Le 9 septembre 1917, Marie-Euphrasie prononce ses premiers voeux.

L’Ordre de Notre Dame de Charité a été fondé en 1641 à Caen, par saint Jean Eudes, pour venir en aide aux jeunes filles et femmes en difficulté, désireuses de se convertir et de changer de vie. À cette époque, chaque monastère était autonome. A 29 ans, Marie-Euphrasie est nommée supérieure du monastère de Tours.

ANGERS – Un monastère et une Communauté contemplative

En 1829, elle répond favorablement à une demande de fondation d’un monastère dans la ville d’Angers. En 1831, lorsque s’achève sa mission de supérieure à Tours elle prend ses fonctions de supérieure à Angers.

C’est alors qu’elle fonde une communauté contemplative à l’intérieur du même monastère. Ces sœurs, connues aujourd’hui comme Sœurs contemplatives du Bon Pasteur, ont pour mission de prier pour celles et ceux qui sont confiés aux Sœurs apostoliques ainsi que pour le salut des personnes à travers le monde.

ANGERS – Un Généralat et une Congrégation

Des demandes de fondation d’autres monastères de Notre Dame de Charité continuent à affluer à Angers. Les ressources d’un seul monastère ne permettent pas de faire face à toutes ces demandes. Sœur Marie-Euphrasie a alors l’idée de solliciter auprès de Rome la création d’un Généralat qui réunirait l’ensemble des monastères et permettrait, avec la disponibilité des sœurs, la mise en commun des ressources. Rome accepte sa requête en janvier 1835.

Avec la création du Généralat, naît la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur. Toutes les communautés fondées par le monastère d’Angers font partie de ce Généralat ainsi que tout autre monastère de l’Ordre de Notre Dame de la Charité souhaitant y adhérer.

Du vivant de sœur Marie-Euphrasie, la congrégation connaît un développement exceptionnel. Sans téléphone, sans fax, sans courriel ou moyen de transport aérien, sœur Marie-Euphrasie réussit à fonder 110 maisons sur les 5 continents.

Sœur Marie-Euphrasie meurt à Angers le 24 avril 1868. Elle est béatifiée en 1933 et canonisée en 1940.
Elle est fêtée le 24 avril.

Aujourd’hui, les Sœurs du Bon Pasteur sont présentes dans 72 pays.


Navigation