La terre et les morts


La terre et les morts…

L’île de Noirmoutier a maintenant 6 cimetières.

Le premier, le cimetière St Michel est le plus vieux cimetière de l’Île et peut-être le plus vieux cimetière de Vendée. Il remonte presque à St Philbert. Au long des siècles, les églises ont été entourées de tombes (avec les moines autour de l’église St Philbert), ce qui explique la proximité encore constatée de l’église et du cimetière dans plusieurs communes( Barbâtre, la Guérinière ). Ce n’est que peu à peu qu’une certaine distance a été prise (L’Epine, L’Herbaudière). Le plus récent et le plus éloigné, le cimetière St Michel n’a pour l’instant aucune tombe paroissiale..

Les 19 tombes paroissiales de ces cimetières sont donc les tombes de prêtres, curés ou vicaires, de religieuses et d’enseignants aux écoles catholiques, d’un séminariste et d’une employée de presbytère. Au fil des années leur entretien varie selon les lieux. Des Communautés (parfois des Communes) prennent bien en charge ces tombes. D’autres lieux sont plus isolés. C’est pourquoi le Conseil de Paroisse a accompagné le Curé pour une remise à jour en cette année 2013.

Le dernier effort important avait eu lieu en 1921. Cet effort – avec une incidence financière notable - a pu être réalisé grâce à vous. Il y aura une présentation par cimetière. Une autre présentation sera faite par ordre chronologique depuis la Révolution

  • Après la présentation générale du numéro d’avril, voici le point pour chaque cimetière, et d’abord BARBÂTRE.

Le cimetière de BARBÂTRE est un des plus chargés d’Histoire. Il a été béni le 7 septembre 1780 et abrite des tombes paroissiales depuis cette époque. C’est un de ceux qui ont demandé le plus gros effort cette année. Autour de la Croix une remise en ordre a été nécessaire :

  • 1. La tombe qui semble la plus ancienne (de par le monument) contient le corps d’un prêtre inconnu. Elle est signalée par une croix qui vient d’être réinstallée.
  • 2. La tombe de l’abbé Jean-Liboire DESHAYE (1756 à CHÂTEAU-RENAULT - 1818). Curé de BARBÂTRE en 1804. Vicaire de BARBÂTRE, avec le curé BOUSSEAU, de 1783 à 1792. Il partira en exil.
  • 3. La tombe de l’abbé Louis-Antoine LEROI (ou LEROY). (1790 dans la Manche - 1838 à BARBÂTRE). Vicaire à NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE en 1816. Curé de BARBÂTRE en 1818.
  • 4. La tombe de l’abbé Hyacinthe-Louis VILLAIN (1816 à ST GERVAIS - 1867). Curé de BARBÂTRE en 1849.
  • 5. La tombe de Sœur MARIE SAINT JULES (décédée en 1915). Congrégation du Sacré-Cœur – dite Sœur « de Mormaison ». Institutrice libre et religieuse de BARBÂTRE (« sécularisée » : Mademoiselle Marie-Philomène GODET). Cette tombe a vocation à être celle des enseignants catholiques en particulier elle devrait accueillir les restes de Melle …dont la tombe sera reprise.La terre et les morts…

Le cimetière de L’EPINE

  • Précisions pour l’abbé HERAULT : 1947 – 1960.
    L’abbé Joseph HERAULT est né le 30 juillet 1910 à CHAMBRETAUD. Il a été ordonné prêtre le 29 juin 1936. Vicaire au FENOUILLER, aux ESSARTS, au BOURG-SOUS-LA-ROCHE, il est curé de L’EPINE du 5 septembre 1947 à 1960. Il est mort le 21 juin 1966.

Le cimetière de L’HERBAUDIERE ce « cimetière marin » abrite deux tombes paroissiales :

  • 1. La tombe de l’abbé Frédéric AUGEREAU : 29/07/1872 – 27/02/1952. Curé de L’HERBAUDIERE de 1909 à 1947.
  • 2. La tombe de Marie LERAY : 1873 – 1960. Bienfaitrice de la Paroisse et Fondatrice de l’Ecole Catholique de L’Herbaudière : 1919 (Ecole des filles) - 1936 (Ecole des garçons) - 2012 (Fermeture de l’Ecole).

Le cimetière Saint Michel de NOIRMOUTIER

Les cimetières de NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE sont désormais au nombre de deux : le vieux cimetière Saint Michel et le nouveau cimetière Saint Philbert. Ce dernier ne comporte pour l’instant aucune tombe dépendant directement de la Paroisse. Mais le cimetière Saint Michel en comporte plusieurs.

Cimetière de NOIRMOUTIER (St Michel)

  • 1. La tombe de l’abbé Pierre Venant BOUSSEAU (07/09/1734—05/07/1816) Né le 7 septembre 1734 à BAZOGES-EN-PAILLERS, fils d’Eusèbe, procureur fiscal et de Catherine SEGUIN. Ecclésiastique, prêtre réfractaire, émigré. Professeur au Grand Séminaire de LUCON. Vicaire à NOIRMOUTIER en 1759, curé de BARBÂTRE en 1763, émigré, curé de BARBÂTRE en 1801, curé de NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE en 1803. Décédé le 5 juillet 1816 à NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE. Sur sa pierre tombale, on relève : Ci-Gît Pierre BOUSSEAU. Ancien curé de Barbâtre et de Noirmoutier. Inhumé le . Né le 7 septembre 1734. Mort le 5 juillet 1816.
  • 2. La tombe de l’abbé Pierre Eugène PINET (22/05/1815—12/05/1885). Né le 22 mai 1815 à VOUVANT, fils de Louis, propriétaire terrien ou rentier, et de Eléonore, Agathe PERTUZE. Ordonné prêtre le 21 décembre 1839, vicaire à CUGAND en 1839, vicaire à Notre-Dame de FONTENAY-LE-COMTE en 1842, curé de VOUVANT en 1846, curé de NORMOUTIER-EN-L’ÎLE en 1859. Sur le monument, on relève : Ame généreuse Il a pardonné toutes les injustices et donné l’exemple de toutes les vertus—Au pasteur vénéré, ses paroissiens affligés et reconnaissants
  • 3. La tombe de l’abbé Léonce ROUSTEAU (27/07/1826—08/01/1915) Né le 27 juillet 1826 à NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE. Fils de Pierre Nicolas, marin et de Madeleine PENISSON. Prêtre le 25 novembre 1851. Vicaire à ST. FULGENT en 1851. Vicaire à ROCHESERVIERE en 1859. Curé de LONGEVES en 1860. Retiré à NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE en 1892. Décédé le 8 janvier 1915 à NORIMOUTIER EN L’ÎLE.
  • 4. La tombe de Mgr. Louis-Alexandre SOBEAUX (12/10/1842—03/07/1931). Né le 12 octobre 1842 à PARIS. Prêtre en 1866. Curé à St. Jean-de-Montmartre à PARIS en 1890. Chapelain du VIEIL en 1912. Décédé le 3 juillet 1931 à NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE.
  • 5. La tombe de l’abbé Philippe Dieudonné MARTINEAU (21/03/1847—16/12/1882). Né le 21 mars 1847 à AIZENAY, fils de Pierre Charles, sellier et de Marie Aimée BOURON. Ordonné prêtre le 12 juin 1870. Professeur à l’Institution Richelieur à LUCON en 1870, Vicaire à BOUIN en 1871. Vicaire aux CLOUZEAUX en 1877. Vicaire à NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE en 1880. Décédé le 16 décembre 1882 à NOIRMOUTIER-EN-L’ÎLE.
  • 6. La tombe de l’abbé Joseph Henri Ernest ROUSSET (27/02/1872—03/01/1931). Né le 27 février 1872 à NOIRMOUTIER-EN-L’ÏLE, fils de Denis Joseph, garde-phare et de Marie Ernestine HERVE. Ordonné prêtre le 21 décembre 1895. Professeur au séminaire des SABLES D’OLONNE en 1895, vicaire à TIFFAUGES en 1896, vicaire à Notre-Dame de FONTENAY-LE-COMTE en 1901, missionnaire diocésain en 1904, curé à LA GUERINIERE en 1910, curé à LA FLOCELLIERE en 1922, chapelain du BOIS-DE-LA-CHAIZE en 1927. Décédé le 3 janvier 1931 à NOIRMOUTIER.
  • 7. La tombe de l’abbé Eugène GEISLER (12/10/1885—13/06/1964) Auteur de : « Petite Bible illustrée Cours élémentaire » 6ème édition de E.Geisler (1929) - Panégyrique de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus prononcé le 20/02/1938 à l’occasion de l’intronisation d’une relique insigne de la sainte dans la paroisse St Gilles
  • Il y a d’autres tombes :
    • La tombe des religieuses « Ursulines de Jésus » ou Sœurs de CHAVAGNES : Mère Marie Félicienne +1892 / Mère Théresita + 1940 / Mère Marie Ange + 1965.
    • La tombe d’un séminariste franciscain mort au presbytère de NOIRMOUTIER : Robert CAMUS (09/02/1915-05/12/1935)
    • La tombe d’une employée du presbytère de NOIRMOUTIER : Alexina GUILLONNEAU (1892—05/06/1967), Aide aux prêtres.
    • Des prêtres reposent dans des tombes de famille  :
  • La tombe de l’abbé Jean RAIMOND (+1968)
  • La tombe de l’abbé Ludovic GRILLARD (1891—23/11/1975)
  • 9. Enfin, reste une dernière tombe, sans doute plus ancienne que toutes celles-ci. Elle demeure pour l’instant une énigme indéchiffrable.